top of page
  • Photo du rédacteurKarine Prost

Passons (vite) à autre chose…

De la légèreté, du rythme et de l’humour pour dénoncer 5000 ans de patriarcat. La prestation est époustouflante mais le texte s’essouffle en cours de route, réduisant le patriarcat à une dimension strictement phallique.


Le spectacle commence comme un show télévisé, à grands renforts de musique, lumières et micro. Le comédien entre en scène, fanfaronne. Joue avec le public. Et l’air de ne pas y toucher, enchaîne les stéréotypes sur l’homme. Dominateur. Ecrasant de virilité.


Jérémy Dubois virevolte, chante, danse. Avec un sacré déhanché. Il joue sur les clichés véhiculés par les chansons, la pub, le cinéma. Il décortique, arrête une image ou une parole. Souligne les normes intériorisées par des générations successives. Sans remise en cause. Il est toujours difficile de le faire quand on est « du bon côté du patriarcat ».


L’ensemble est bien mis en scène et superbement joué. Mais manque d’épaisseur. Car lorsqu’une bascule se fait entre « l’Entertainment » et un propos plus sérieux, elle se fait aussi entre l’exposé de la domination masculine et celui d’une phallocratie exclusivement ithyphallique, contraignante pour les hommes. Et il est difficile de s’en contenter.


La promesse, pastichant Simone de Beauvoir, de montrer que l’on ne nait pas homme mais qu’on le devient ne semble pas tenue. Le propos se délite dans une diatribe sur l’obligation ancestrale faite aux hommes d’être puissant et de bander. L’allégorie du téléphone portable semble arriver comme un cheveu sur la soupe. La forme est sans faille : jeu, lumières et sons sont excellents. Mais on ressort déçu.


Karine PROST - Avignon – 25 juillet 2023

Passons à autre chose

Avignon, Festival Off,

Artéphile – 15h35

Du 7 au 26 juillet ; relâche les 13 et 20 juillet

Auteure et Mise en scène : Bernadette Gruson

Interprétation : Jérémy Dubois

Photo ©Thomas Batailh

27 vues

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page